Questions fréquemment posées

Obtenez des réponses aux questions de base sur l'huile à moteur et des questions fréquemment posées sur les produits Mobil🅪

En raison d'avancées technologiques, les voitures d'aujourd'hui sont exceptionnellement fiables et peuvent parcourir de plus longues distances entre les intervalles d'entretien contrairement aux modèles antérieurs, parfois jusqu'à des milliers de kilomètres de plus. C’est évidemment une bonne nouvelle pour vous. Cela signifie toutefois qu’il est plus important que jamais de vérifier régulièrement le niveau d’huile et d’en ajouter au besoin. Sinon, vous prenez de graves risques avec la santé de votre moteur. Lorsque le niveau d’huile baisse, l’huile restante doit travailler plus fort et elle se salit et s’use plus rapidement, ce qui se traduit par une perte de performance de votre voiture. En peu de temps, votre moteur sera en réel danger d’usure accrue, de surchauffe et même de grippage complet.

Idéalement, vous devriez vérifier le niveau d’huile une fois par semaine, comme le conseille la majorité des fabricants. Si le niveau d’huile chute du maximum au minimum en moins de 1,500 km, vous devriez faire vérifier votre moteur. La consommation d’huile varie d’un véhicule à l'autre et d'un conducteur à l'autre.
  1. Stationnez la voiture sur une surface de niveau, coupez le moteur et attendez 3 ou 4 minutes pour laisser l'huile s'écouler dans le carter.
  2. Trouvez la jauge, retirez-la, essuyez-la et insérez-la de nouveau avant de prendre une mesure.
  3. Si le niveau est inférieur au maximum, vérifiez le guide de remplissage pour savoir combien d’huile ajouter.
  4. Enlevez le bouchon de remplissage d’huile sur le dessus du moteur et ajoutez la quantité adéquate d’huile, puis replacez le bouchon après le remplissage.
  5. Attendez une minute pour laisser l’huile s’écouler jusqu’au carter, puis vérifiez à nouveau la jauge pour mesurer le nouveau niveau. Ajoutez de l’huile au besoin et replacez le bouchon de remplissage.

L’huile moteur se dégrade avec le temps. Lorsqu’elle se dégrade, elle perd de son efficacité et ne peut plus protéger adéquatement votre moteur. En plus de lubrifier les pièces mobiles du moteur, l'huile moteur est conçue pour écarter les sous-produits de la combustion des pistons et des cylindres. Elle est conçue pour accepter les petites quantités d'eau qui se forment lors du réchauffement et du refroidissement du moteur et pour ramasser la saleté et la poussière qui pénètrent dans le moteur par l’admission d’air. Elle traite également les acides qui se forment à la suite de la réaction entre l’eau et les autres contaminants. Parfois, il y a même des fuites de carburant (dilution par le carburant) ou de liquide de refroidissements qui s’introduisent dans le système de lubrification.

À mesure que vous conduisez la voiture, le niveau de contaminants dans l’huile moteur augmente. Le filtre à huile élimine des particules de l’huile qui circule, mais avec le temps les additifs sont usés et l’huile elle-même commence à se dégrader (oxydation ou épaississement). À ce moment, l'huile ne peut plus faire son travail et doit être vidangée.

La vitesse à laquelle la contamination et l’épuisement des additifs se produisent dépend de nombreuses variables. L’une d'elles est les conditions de conduite qui varient considérablement et qui ont un effet direct sur la durée de vie utile de l'huile. D’autres facteurs comprennent la précision de l’allumage, les réglages de l’injection ou de la carburation, l'entretien du filtre à air et l'état mécanique général du moteur.

Il faut faire la vidange d’huile avant que le niveau de contamination n’atteigne le point où il pourrait causer des dommages au moteur. Puisqu’il est difficile pour un automobiliste moyen de déterminer à quel moment le niveau de contamination devient trop élevé, les fabricants stipulent des intervalles de vidange recommandés. Ces recommandations d’intervalles de vidanges varient selon l’année, le modèle et le fabricant. Les intervalles recommandés et les limites de kilométrage peuvent également varier selon le type de service auquel le véhicule est soumis. Pour le service intense, des intervalles plus rapprochés sont recommandés.

Les ingénieurs s’efforcent d’établir une viscosité optimale pour un grade d’huile en fonction de la charge et du régime du moteur. Ils équilibrent de l'huile plus légère à faible viscosité, qui produit moins de résistance au mouvement afin d'économiser le carburant et de mieux transférer la puissance avec une huile plus lourde, à viscosité élevée et qui résiste mieux à l’éjection entre les surfaces de contact métalliques.

Le facteur qui rend la chose complexe est que la viscosité de l’huile varie selon la température et elle s’amincit à la chaleur et s’épaissit au froid. À basse température, il faut une huile moteur qui s’écoule facilement (qui ne s’épaissit pas trop). À température élevée, il faut éviter que l'huile ne s'amincisse trop ce qui permettrait le contact entre les pièces métalliques. Les ingénieurs ont donc développé des huiles moteur multigrades.

La viscosité est une mesure de la résistance à l'écoulement d'un liquide. Un liquide à faible viscosité s’écoule plus facilement et est souvent appelé léger. L’eau, par exemple, est un liquide à la viscosité relativement faible. Un liquide à viscosité élevée est souvent décrit comme étant épais. Le

sirop d’érable, par exemple, est un liquide à la viscosité relativement élevée.

Le témoin du niveau d’huile moteur peut s’allumer pour plusieurs raisons : faible niveau d’huile, défaillance de la pompe à huile, capteur de pression d’huile défectueux, obstruction dans les canalisations d’huile, moussage excessif de l’huile et autres. En toutes circonstances, vous devriez arrêter votre moteur dès que vous pouvez le faire en sécurité. Continuer d’utiliser le moteur avec la pression d'huile faible peut causer de graves dommages au moteur.